Après le Brevet

Avec son Brevet, mon enfant est-il prêt à rouler partout ?

Non. Bien que chaque enfant soit différent, certains étant plus à l'aise que d'autres,  le Brevet du Cycliste certifie uniquement que l'enfant a acquis les compétences pour se déplacer sur un trajet qu'il connaît, dont on lui a expliqué toutes les difficultés et pièges et sur lequel il a pu s'exercer, accompagné par un adulte.
Il s'agit d'un point de départ, car votre enfant a maintenant besoin que vous l'accompagniez encore un peu sur divers trajets qu'il effectue régulièrement, afin de parfaire son écolage, gagner encore en assurance et accroître son expérience. On ne demande pas à un apprenti menuisier de construire une maison en bois...

Mon enfant n'a pas obtenu son Brevet, peut-il quand même rouler à vélo ?

Bien entendu, mais en gardant à l'esprit qu'il présente peut-être certaines lacunes que vous pouvez l'aider à combler par la pratique encadrée. Le Brevet du Cycliste ne constitue aucunement un permis de conduire son vélo. Il s'agit bien d'un constat de capacité ponctuel, comme une photographie à un moment donné du développement de votre enfant.
La plupart du temps, celui qui n'obtient pas son brevet est d'ailleurs celui qui progresse le plus. C'est souvent juste une question de temps et d'heures de selle.
Par ailleurs, si votre enfant souhaite repasser son Brevet, il en a la possibilité en 6e après concertation entre l'école et Pro Velo.

Et moi, comment puis-je le soutenir maintenant qu'il est breveté ?

  • accompagnez-le au début dans ses trajets habituels (école, copains, sport…), repérez et analysez avec lui les points délicats, puis laissez-le vous montrer qu'il est capable de gérer ces situations avant de l'autoriser à assumer son déplacement en toute autonomie ;
  • une fois autonome, il sera toujours ponctuel, car les embouteillages, connais pas ! Cela pourra aussi très probablement contribuer à l'amélioration de ses performances à l'école, car l'exercice physique le matin (dont le vélo) favorise l'attention et la concentration, cela a été prouvé ;
  • écoutez ce qu'il a appris, vous en apprendrez peut-être vous-même ;
  • allégez son cartable pour le soulager, en concertation avec l'enseignant et équipez-le pour qu'il ne doive pas le mettre sur son dos en roulant (porte-bagages, sacoches) ;
  • proposez à d'autres parents de créer un « vélobus » (ramassage scolaire à vélo), en collaboration avec l'école et la commune ;
  • veiller à bien l'équiper contre la pluie (veste, pantalon et chaussons imperméables, casque avec visière ou casquette...) et le froid (gants, bonnet, casquette à oreillettes ou bandeau, sous-vêtement chaud, veste chaude...). Cela lui permettra de rouler toute l'année sans trop se soucier de la météo, qui n'est pas si pluvieuse qu'on le pense souvent ;
  • enfin, faites-lui confiance, vous partirez le cœur léger au travail. En outre, vous ne devez plus le conduire à l'école et subir l'énervement que cela engendre souvent.

Que puis-je faire si je veux l'accompagner mais que je ne suis pas à l'aise à vélo ?

Pro Velo et le GRACQ proposent des cours particuliers ou en groupe pour apprendre aux adultes et/ou aux enfants à rouler à vélo, mais également à s'affranchir et appréhender le trafic. Voyez les agendas respectifs sur leur site web ou contactez-les pour en savoir plus.
Sinon, peut être que quelqu'un dans votre quartier peut dans un premier temps servir d'accompagnateur ou de coach à votre enfant et vous rassurer sur ses aptitudes avant de le laisser aller seul.

Quels sont les comportements sécurisants de base que mon enfant a appris ?

Prendre sa place

  • rouler à 1m du bord droit ou des voitures stationnées et parfois même au milieu de la bande de circulation (rond-point, feu rouge, stop), pour éviter les portières et rétroviseurs de voitures, les rigoles encombrées, le trottoir, etc.; 
  • ne pas se laisser coincer ;
  • le cycliste ne gêne pas le trafic, il en fait partie !

Etre visible et prévisible

  • porter des vêtements clairs (gilet et/ou accessoires réfléchissants) ;
  • équiper son vélo (catadioptres, phares) ;
  • communiquer ses intentions (pour ne pas surprendre) ;
  • respecter le Code de la route et les autres usagers (courtoisie) ;
  • garder des trajectoires claires.

Anticiper

  • Rester vigilant en toutes circonstances : pas de MP3 dans les oreilles, ni de glace en main, encore moins de chien en laisse ;
  • Priorité n'est pas sécurité : toujours s'assurer que l'autre usager nous laisse la priorité avant de la prendre ;
  • regarder loin devant soi ;
  • Avoir un vélo en bon état de fonctionnement.

En savoir plus ? Consulter les 10 commandements du cycliste, les vidéos pédagogiques de Pro Velo et l'histoire de Raph Ancel, l'homme éco-mobile (GRACQ).

Comment choisir et évaluer un itinéraire ?

Commencez par repérer sur une carte les différents trajets possibles en choisissant les aménagements cyclables quand ils existent ou les rues tranquilles qui permettent d’éviter les grands axes. Certains sites webs ou une carte communale du réseau cyclable peuvent vous y aider (pour Bruxelles : http://www.velo.irisnet.be), de même qu'une série d'outils présentés sur le site de Pro Velo.
Ensuite, testez-le avec votre enfant pour analysez avec lui les points délicats et voir comment les traverser.
Enfin, soyez curieux, cherchez de nouveaux itinéraires, essayez des rues parallèles, orientez-vous au « pif » dans des quartiers inconnus, c’est ça aussi le plaisir de découvrir son lieu de vie à vélo…

Votre question

Vous n'avez pas trouvé l'info que vous cherchiez ? Vous cherchez une solution concrète à un problème spécifique ? N'hésitez pas à nous envoyer un courriel. La réponse pourrait venir s'ajouter aux autres si elle cela s'avère pertinent.